N° 1025

| du 7 juillet 2011
Dossier

Accueillir les toxicomanes sortant de prison

Depuis seize ans, l’ATRE – accueil temporaire pour la réinsertion – une association lilloise créée par des professionnels de santé travaillant en détention, propose des séjours très encadrés d’environ deux mois à des toxicomanes qui sortent de prison. Cette prise en charge volontairement courte permet à ces personnes souvent fragiles de ne pas affronter seules les difficultés de la vie en milieu ouvert. Au programme : régulariser les situations administratives des résidents et consolider leur projet de soin ou d’insertion.

  • Social actualités
  • La chronique d’Etienne Liebig
  • Le billet de Jacques Trémintin
  • L’actu de la semaine
    • Immigration : répression sans fin à Calais
  • Dossier : Accueillir les toxicomanes sortant de prison
    • Reportage à l’ATRE, accueil temporaire pour la réinsertion, une association lilloise
    • Sas entre prison et centre de soins : entretien avec Evry Archer, fondateur et président de l’ATRE
  • Rebonds
    • Devenir assistante sociale, n’est-ce pas accepter de se faire bousculer
  • Initiative
    • Percujam : un groupe réunissant éducateurs et autistes, tous musiciens et chanteurs
  • Lignes d’horizon…
    • Propos sur un mémoire d’éduc-spé, par Jean Cartry
  • Annonces
  • Livres
    • Reconnaissance sociale et dignité des parents d’enfants placés - Régis Sécher
    • Protéger l’enfant avec ses deux parents - Brigitte Chatoney et Frédéric Van Der Borght

Décryptage

Immigration : répression sans fin à Calais

En 2002, le centre pour migrants de la Croix-Rouge à Sangatte ferme sur ordre de Nicolas Sarkozy. « Le problème est réglé ». En réalité, à Calais même, selon l’association Salam, entre cent et trois cents migrants en moyenne attendent de passer la frontière.

Lire la suite…

Critiques de livres